Les entretiens de la Fondation des Treilles, 2, Romantisme et Révolution(s), Les entretiens de la Fondation des Treilles
EAN13
9782070122233
ISBN
978-2-07-012223-3
Éditeur
Gallimard
Date de publication
Collection
Les Cahiers de la NRF - André Gide
Séries
Les entretiens de la Fondation des Treilles (2)
Nombre de pages
432
Dimensions
20 x 14 x 2 cm
Poids
534 g
Langue
français
Code dewey
800
Fiches UNIMARC
S'identifier

2 - Romantisme et Révolution(s)

Les entretiens de la Fondation des Treilles

Autres contributions de ,

Gallimard

Les Cahiers de la NRF - André Gide

Offres

Autres livres dans la même série

Tous les livres de la série Les entretiens de la Fondation des Treilles
Ce volume des «Entretiens des Treilles» consacré à Romantisme et Révolution(s) ouvre une série de colloques qui se poursuivront pendant l'année 2008 et l'année 2009 et qui entend faire un état des lieux romantiques en France de 1789 à 1889. Non par un ressassement de débats cloisonnés à l'intérieur d'une même discipline, mais par un échange entre disciplines, qui permet d'enrichir la compréhension d'une approche à la lumière des éclairages des autres approches. On lit encore souvent dans les manuels que le romantisme français s'écrit entre 1820 - date de publication des Méditations poétiques de Lamartine - et 1843 - année où Les Burgraves échouent. Rigidité chronologique qui ne tient pas compte de ce que disaient les écrivains du XIXᵉ siècle eux-mêmes. Ainsi Chateaubriand, au Livre XIII de ses Mémoires d'outre-tombe, constatait-il que «la littérature qui exprime l'ère nouvelle n'a régné que quarante ou cinquante ans après le temps dont elle était l'idiome».Il nous a donc paru utile d'ouvrir notre réflexion en nous interrogeant sur la perception des tremblements révolutionnaires : révolution politique, esthétique, juridique, médicale, philosophique... Révolution : le mot en ses diverses significations et conceptions traverse tout le siècle et ne cesse de hanter ses «enfants». Révolutions : de 1789 à 1830 - qui voit les romantiques triompher à la scène après quelques années d'hésitation où les clivages politiques s'opposaient à l'union des novateurs esthétiques - puis 1848, - qui ouvre une nouvelle et très courte période d'illusions et voit le romantisme abandonné par nombre de ceux qui furent ses farouches défenseurs - et enfin 1870 où le romantisme se voit contesté, raillé, et ne sert plus que de référence négative aux nouvelles esthétiques qui se construisent contre lui, la vie du romantisme est scandée par les «émotions» qui traversent le siècle. «Expression de la société», selon le mot de Mme de Staël, le romantisme, pris dans une extension chronologique large, accompagne ainsi les mouvements du temps, triomphant du classicisme épuisé avant de céder la place à d'autres courants esthétiques.
Ce volume des «Entretiens des Treilles» consacré à Romantisme et Révolution(s) ouvre une série de colloques qui se poursuivront pendant l'année 2008 et l'année 2009 et qui entend faire un état des lieux romantiques en France de 1789 à 1889.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Robert Kopp
Plus d'informations sur Daniel Couty